• Qui sommes-nous ?

 

 

 

Depuis 1853

 

ROCAMAT a été créée en 1853 sous le nom de Civet Fils et Cie. Elle s’est transformée en Civet Pommier et Cie en 1898, en Carrières et Scieries de France en 1927 et est devenue ROCAMAT en 1971.

Dès l’origine, la société a été un important producteur de pierres calcaires pour la construction.

Elle a absorbé, en 1963, la Société Générale des Carrières Françaises, anciens établissements Dubourdieu et Pagani, puis en 1971, la Société Industrielle et Commerciale des Marbres, Pierres et Granits (SICMPG).

En 1976, elle a pris le contrôle de Dervillé Fèvre, société regroupant Dervillé, Marbres Français et Fèvre et Cie.



De la carrière au chantier

 

Nous sommes un acteur majeur de la production de pierre de construction au niveau international et le premier producteur de pierre naturelle en France. Rocamat est une société dimensionnée et structurée pour vous accompagner dans la réalisation de tous vos projets en pierre naturelle.
Rocamat vend au marché de la construction les matériaux extraits de ses carrières et transformés dans ses usines : Blocs et tranches de pierre, revêtements de sols et de façade, marbrerie, éléments sciés et de taille ouvragée ...
Son intégration de la carrière au chantier et sa compétence reconnue lui permettent de jouer un rôle de prescripteur sur son marché. Ainsi, Rocamat participe à de grandes réalisations architecturales : bâtiments de prestige aux Etats-Unis et en Asie, grands chantiers de Paris (Musée d’Orsay, Grand Louvre, Bercy, Tour Eiffel, Fondation Vuitton…)
ROCAMAT réalise 20% de son chiffre d’affaires à l’exportation, nous acheminons nos produits sur les cinq continents aussi bien pour des projets résidentiels haut de gamme que pour des projets architecturaux.

  • 30 carrières de calcaires en France
  • 4 usines de transformation
  • 300 personnes

Granit Industrie, usine spécialisée dans le granit, située à Jeumont (59) vient compléter le dispositif industriel.

 

 


 

Nos principales carrières en France

 

                
                

 

Une exploitation des gisements respectueuse de l’environnement

 

Nous extrayons des carrières, des blocs de pierre de 2 à 10 m3. Les blocs de pierre sont découpés, soit au moyen de fils diamantés mus par l’énergie électrique, soit par des haveuses mécaniques. La pierre étant toujours légèrement humide, il n’y a aucune génération de poussières volatiles dans sur le site.
L’exploitation d’une carrière nécessite d’obtenir une autorisation administrative, matérialisée par un arrêté préfectoral. Ce texte décrit les conditions d’exploitation et de remise en état du site en fin d’exploitation.
Les exploitations de carrières sont soumises aux lois françaises très strictes en la matière : code minier, code de l’environnement, règlementation des installations classées, code du travail. Une étude d’impacts de la future exploitation de carrière sur l’environnement est exigée par l’administration française pour obtenir une autorisation d’exploiter.
L’entreprise est particulièrement vigilante en matière de respect des lois et règlements qui sont prescrits tant au niveau de l’arrêté préfectoral que de la législation inhérente aux Installations Classées. Le respect des règlementations, par ROCAMAT, est contrôlé régulièrement par la DREAL (Directions Régionales de l’Environnement, de l'Aménagement et du Logement).
Impact sur les eaux superficielles et souterraines : Les arrêtés préfectoraux régissant des carrières situées dans des zones sensibles préconisent la mise en place de piézomètres, d’analyses ou de traçages colorimétriques. La société applique ces recommandations et aucun désordre n’a jamais été observé. Le stationnement et le petit entretien des engins se font sur des aires étanches en carrière.
Impact paysager et sur l’environnement humain : L’impact paysager est directement réduit par le respect des préconisations de remise en état stipulées par l’arrêté préfectoral. Un point annuel est fait site par site et transmis, dans le cadre de la réactualisation des garanties financières, à minima tous les 5 ans à l’administration.
Impact sur le milieu naturel : Dans le cadre des autorisations d’exploiter un inventaire faune et flore est réalisé. Si un défrichement est nécessaire pour la poursuite de l’exploitation, il est régi par une autorisation spécifique de défrichement délivrée par la Préfecture. Les défrichements sont réalisés hors des périodes de nidification des oiseaux ou de pontes des reptiles. De nombreuses carrières (en activité ou abandonnées) font l’objet de convention avec des associations naturalistes (faune, flore, rapaces, chiroptères…) et/ou avec les conservatoires régionaux des espaces naturels.
Impact sonore : Des mesures sont effectuées régulièrement par un cabinet extérieur, la fréquence de ces contrôles est définie dans les arrêtés préfectoraux d’exploitation.
Impact par les poussières : Nos exploitations sont très peu génératrices de poussières.
Impact sur les déchets : En carrière, les matériaux qui n’entrent pas dans notre processus de transformation (chutes de blocs, matériaux inaptes), sont soit en matériaux d'enrochement ou de remblaiement pour les chantiers de travaux publics, soit conservés sur le site pour réaménager les zones exploitées. Ces co-produits sont des « déchets » constitués uniquement de matières minérales totalement inertes.

 

Nos usines en France

 

                
                

 

Une industrie propre et humaine

 

Nous transformons les blocs de pierre provenant de nos carrières dans nos 5 usines spécialisées. La pierre est découpée au moyen de machines mues par l’énergie électrique. Le lubrifiant de coupe est l’eau. Aucune cuisson, aucun additif chimique n’est nécessaire.

Impact sur les eaux souterraines et superficielles : L’eau de sciage, utilisée lors de la fabrication, fonctionne en circuit fermé. L’eau usagée est décantée ou passe dans une presse à boue qui sépare les matières solides, de l’eau claire. Les boues, une fois sèches, peuvent servir d’amendement calcaire pour l’agriculture. L’eau claire repart dans le circuit de l’usine. L’eau ne subit aucun traitement et n’est pas rejetée dans la nature. Une étude sur la valorisation des boues de sciage, est en cours de réalisation au CTMNC (Centre Technique des Matériaux Naturels de Construction).
Impact du fait des déchets : Rocamat a mis en place, sur tous ses sites, un tri sélectif et des filières spécifiques de traitement d’évacuation selon le type de déchets.

Impact sur la sécurité du personnel : Le service Sécurité a pour mission la diminution des accidents du travail, l’amélioration des conditions de travail, le management des salariés en matière de sécurité par l’encadrement de proximité. Pour cela, un certain nombre d’outils a été établi et mis en place depuis une dizaine d’années et porte sur :
  • L’accueil des nouveaux embauchés (procédure et livret d’accueil),
  • La formation du personnel (SST, incendie, CACES, gestes et postures, électricité, pontier, chariots élévateurs, transpalette, CPT, …..),
  • L’évaluation des risques (DSS et document unique),
  • Le plan annuel de prévention, la gestion des entreprises extérieures (inspection, plan de prévention,….),
  • L’organisation et le suivi des vérifications périodiques (levage, électricité,……)
  • L’affichage et la communication sécurité
  • La rédaction et mise en place des fiches de postes
  • La mise à disposition d’équipement de protections individuelles adaptées
  • La mise en conformité des équipements de travail et véhicules.
Nous apportons un soin particulier à l’ergonomie des postes de travail pour prévenir les maladies professionnelles de type TMS (troubles musculo squelettiques). Chaque projet d’investissement ou d’installation de nouveau matériel est géré par le service « travaux neufs » en concertation avec la direction industrielle, les services sécurité et maintenance. Il est systématiquement tenu compte, pour chaque aménagement de poste, de l’amélioration des conditions de travail, de la prévention des risques, de l’ergonomie, ainsi que des impacts dus aux nuisances sonores et vibratoires. Ces projets sont ensuite présentés et commentés auprès des membres du CHSCT afin de recueillir leurs remarques avant validation définitive.
La formation et la sensibilisation sécurité représentent chaque année près de 5000 heures de formation pour l’ensemble du groupe. 60% de notre personnel de production est formé au secourisme.